Scrum peut-il renforcer vos processus de contenu ?

Redactie Mediaforta

Article par:
Rédaction Mediaforta - 19 mars 2019 - 352 Views

352 Views

Pour les développeurs de logiciels et de sites web, les termes Scrum et Agile ne font plus partie d’un jargon réservé aux initiés.  Dans le cadre des processus de contenu, il est de plus en plus fréquent de travailler sur base de sprints courts pour réaliser au fur et à mesure un produit de qualité. Mais en quoi consiste Scrum exactement et que peut-il apporter au marketing de contenu ?

Scrum ?

Scrum est une méthode de gestion de projet où de petites équipes travaillent sous forme de sprints courts pour produire des parties d’un produit. Cette méthode permet de voir très rapidement si le projet se déroule bien et d’éviter l’apparition de problèmes éventuels au moment de la réalisation du produit global.

Le terme scrum (mêlée) est emprunté au rugby (là aussi, on progresse par petits sprints), mais les premières recherches sur la méthode Scrum appliquée à la gestion de projet datent déjà de plus de 40 ans. Cette méthode a connu ses premiers succès dans le domaine du développement de logiciels. 

Au cours des dix dernières années, elle a conquis d’autres domaines comme le marketing de contenu. Cela n’a rien d’étonnant. Il n’est pas rare qu’au moment de créer  un nouveau site web, des entreprises décident de mieux organiser leurs processus de contenu.

C’est par ce biais que les développeurs de sites web ont introduit la méthode Scrum auprès des créateurs de contenu.

Scrum & sprints

« Sprints » est un autre terme sportif qui se trouve au centre de la méthode scrum. Les sprints montrent un parallèle avec la façon dont de nombreuses entreprises produisent leur contenu aujourd’hui.

Une petite équipe, composée par exemple du gestionnaire interne de contenu, du marketeur de contenu et de membres du bureau de marketing de contenu, se réunit pour définir le contenu pour une période clairement délimitée (deux ou quatre semaines, par exemple). L’équipe travaille à la réalisation du contenu prévu dans le délai imparti.

L’avantage de cette méthode est de permettre au créateur de contenu de garder le contrôle sur le planning et sur le rythme de publication. Vous pouvez faire de l’organisation une machine à contenu qui tourne bien, qui se concentre totalement sur la qualité du contenu et ne doit pas se préoccuper de soucis organisationnels.

L’inconvénient est qu’un article ou une vidéo n’ont, sur le plan du contenu, rien de commun avec un logiciel. Des problèmes ou des opportunités de contenu peuvent se présenter pendant le sprint.

La possibilité, par exemple, de rendre un article encore plus intéressant grâce à une semaine supplémentaire de recherche sur un fait qui vient d’être découvert. Dans ces cas-là, Scrum ne doit pas être trop rigide pour ne pas entraver la créativité.

Dans le processus, vous pouvez prévoir du contenu de réserve sur lequel vous pourrez retomber si un nouveau sujet mérite plus d’attention.

Philosophie

De nombreuses entreprises ont déjà l’habitude de se réunir régulièrement en équipe pour planifier et évaluer leur contenu. C’est compatible avec Scrum mais cette façon de travailler ne signifie pas automatiquement avoir une approche Scrum.

Les partisans de Scrum vous diront que travailler de façon itérative est presque une philosophie. Une philosophie qui vous permet de créer rapidement et sans perdre de temps des quantités clairement définies de contenu.

Un modèle empirique donc, mais  qui doit toutefois présenter plusieurs autres caractéristiques pour en faire du « vrai » Scrum. Lesquelles ?

  • Les membres d’une équipe de contenu Scrum travaillent en totale transparence, acceptent de soumettre leur travail au jugement, à l’analyse et à l’adaptation si nécessaire.
  • Le marketing de contenu étant un effort permanent, l’équipe apprend à penser autrement qu’en se focalisant sur la campagne et un climat se crée dans lequel faire du contenu en continu devient la nouvelle norme.
  • En travaillant par sprints, l’équipe comprend parfaitement ce qui demande un effort et ce qui est moins intensif. Cela débouche sur de meilleurs plannings où chaque type de contenu bénéficie du temps réellement nécessaire.
  • C’est d’ailleurs le contre-argument le plus fréquent des partisans du scrum à l’idée que contenu et logiciel sont différents en termes de créativité.

Qui fait partie d’une équipe de contenu Scrum ?

Il est également caractéristique que la méthode Scrum soit décrite dans les moindres détails. Vous trouverez le manuel ici. Dans la description détaillée, vous retrouverez les rôles qui sont typiques d’une équipe scrum.

Le plus connu est celui de Scrum Master, une espèce de coach qui accompagne tout le monde dans l’approche et veille à l’accomplissement de la mission. Le product owner, lui, prend la responsabilité finale de la production.

Cette production repose entre les mains d’équipes (souvent autonomes) qui se consacrent à la réalisation des ambitions des sprints.

Si nous appliquons cela à la production de contenu, ces équipes et le product owner sont parfaitement identifiables. Les équipes sont les copywriters, les régisseurs, les graphistes, les traducteurs,… qui travaillent à l’interne ou à l’externe.

Le product owner est souvent le (content) marketing manager ou même le CMO. Seul le Scrum Master n’est pas présent dans les équipes de contenu, même si ses compétences le rapprochent très fort des fonctions d’un content manager.

Contrairement à Scrum dans d’autres secteurs, il n’est pas du tout impensable qu’un Scrum Master participe personnellement à la création de contenu.

Structure Scrum

La structure qui permet d’organiser le travail est aussi typique de Scrum. Cela ne se limite pas à un tableur qui mentionne des articles, des noms et des dates butoir.

La notion la plus connue est celle du « product backlog », une espèce de liste de priorités qui reprend tout ce qui est nécessaire pour arriver au produit final. Comme la totalité des textes, photos, éléments graphiques ou techniques d’un site web.

Le backlog comprend aussi, par item, une description de ce qui doit encore être fait précisément pour créer de la valeur ajoutée. Pour le marketing de contenu, cela peut être un complément extrêmement utile pour indiquer très précisément comment, en tant qu’équipe, vous voulez viser la qualité dans votre contenu.

Outre cette description, le backlog reprend aussi les items prioritaires, leur importance et le timing estimé. La responsabilité de la bonne gestion du backlog revient au product owner. Il ou elle doit gérer l’équipe et veiller à ce que la production continue à tourner tout en livrant aussi de la qualité.

Les items du backlog figurent d’ailleurs très concrètement dans le sprint backlog et il s’agit alors de missions précises : faire une recherche sur le sujet x, écrire un article de blog sur y, établir un planning pour la promotion sur les médias sociaux, etc.

La tâche de l’équipe de production sera ensuite de définir comment cela doit se passer exactement. Pour les grands trajets, ces items peuvent être très nombreux. Des outils ou logiciels qui permettent de visualiser tout cela sont d’ailleurs apparus dans le sillage de la méthode Scrum.

Scrum & pragmatisme

Bien que la méthode Scrum puise ses racines dans le développement de logiciels, les parallèles entre Scrum et la façon dont de nombreuses entreprises font du contenu ne sont pas à négliger.

Cela ne doit pas signifier que chaque équipe de contenu a intérêt à mettre immédiatement toutes les règles Scrum en pratique. Il est recommandé de faire preuve d’un peu de pragmatisme et l’idéal est sans doute de trouver un bon équilibre entre le fonctionnement existant et des méthodes Scrum intéressantes.

Car les partisans de Scrum reconnaissent eux-mêmes que le processus n’est pas toujours couronné de succès dès le début. Les équipes doivent passer par une phase de transition et s’habituer à la méthode avant qu’elle ne porte ses fruits.

C’est donc toujours une bonne idée de l’introduire progressivement.

Redactie Mediaforta

Article par Rédaction Mediaforta

L’équipe rédactionnelle de Mediaforta est constituée de journalistes professionnels spécialisés en marketing. Après avoir disséqué l’actualité du marketing de contenu pour le compte des lecteurs de ce blog, la Rédaction diffuse les informations intéressantes sous forme d’articles destinés à permettre aux marketeurs d’élaborer et mettre en œuvre leur stratégie et leurs objectifs en matière de marketing de contenu.

Voir le profil de l'auteur.

Recently Published

»

Check-list pour la création d’un contenu B2B bien structuré

Pour obtenir un contenu B2B attrayant, il doit être porteur de ...

»

Comment rédiger une bonne étude de cas ?

En matière de marketing de contenu, une étude de cas est un ...

»

Les erreurs stratégiques à éviter en matière de marketing de contenu B2B

Prétendre que le marketing de contenu B2B diffère radicalement du ...

»

Votre équipe de contenu peut-elle se passer de copywriter ?

Des textes percutants et attractifs capables de susciter ...

DCMC mediaforta
»

Le Digital Content Marketing Congress 2019 démarre bientôt

Tout comme l’année dernière, Mediaforta organise son Digital ...

contentmarketingplan
»

Créer un plan de marketing de contenu rationnel

Comment faire, en tant qu’entreprise, pour organiser de bonnes ...

intranet 1
»

Marketing de contenu et intranet, mode d’emploi

Pour de nombreuses entreprises, l’intranet est la pierre angulaire ...

content participation
»

Comment impliquer vos collaborateurs dans le marketing de contenu

En tant que content manager, vous travaillez efficacement avec des ...

Scrum contenu
»

Scrum peut-il renforcer vos processus de contenu ?

Pour les développeurs de logiciels et de sites web, les termes ...