Chris Hadfield, le premier astronaute de content marketing

Tom Peeters

Article par:
Tom Peeters - 26 août 2013 - 987 Views

987 Views

Ceux qui n’ont jamais entendu parler de Chris Hadfield doivent vivre sur une autre planète. À moins que ce soit le contraire. Le Canadien a passé cinq mois sur la Station spatiale internationale (ISS) et a enregistré, juste avant son retour, le premier clip de musique dans l’espace. En trois jours sur YouTube, le clip a généré quelque 12 millions de vues, mais au cours des cinq mois précédents, Chris Hadfield est parvenu à démontrer que le content marketing et les médias sociaux pouvaient connaître le succès ailleurs que sur terre. Quelles leçons pouvons-nous tirer du content marketing de Hadfield depuis l’espace ?

À tout seigneur tout honneur. Agé de 53 ans, Chris Hadfield a découvert en son fils de 27 ans Evan Hadfield un excellent gestionnaire de médias sociaux. Depuis l’espace, Chris Hadfield a fourni, conformément à toutes les règles du content marketing et à intervalles réguliers, du ‘sparks’ content (contenu à étincelles). Cela allait de photos exceptionnellement belles à une vidéo en ligne intéressante expliquant les aléas du séjour dans l’espace (se brosser les dents, aller dormir, pleurer, etc.). D’où près de 22 millions de vues sur YouTube au cours des cinq mois pour l’Agence spatiale canadienne (CSA), ce qui en fait l’entreprise dont le contenu connaît le plus de succès commercial. Même la publicité générique pour l’aéronautique est plus que réussie. Les Canadiens montrent par ailleurs ostensiblement qu’ils espèrent qu’avec son contenu, Chris Hadfield sera en mesure d’accroître  l’importance de l’aéronautique canadienne.

Chris Hadfield semble déjà sur la bonne voie pour remporter le trophée du marketeur de contenu de l’année (existe-t-il ?) avec quelques années-lumière d’avance. Quelles leçons pouvons-nous tirer de son approche ?

 

1. Chris Hadfield utilise des points de vue uniques

Au même titre que l’investissement dans le journalisme de qualité est essentiel pour un journal, l’originalité du contenu l’est pour une entreprise qui pratique le content marketing. Rien que le lieu où il a produit le contenu (l’ISS) a permis à Chris Hadfield de donner à son contenu un point de vue fantastique et original.  L’astronaute aurait pu se limiter à quelques messages originaux sur Twitter (du style « je me brosse les dents en apesanteur »), mais il a opté pour les photos que personne d’autre n’aurait pu faire et il nous a livré sa passion dans des vidéos en ligne qui expliquent ce que parfois nous savions déjà, mais que nous n’avions encore jamais vu.

 

2. Chris Hadfield construit quelque chose

Avec ses vidéos en ligne, Hadfield a également réussi à fidéliser les spectateurs. Les fans attendaient avec impatience son prochain post, qu’il s’agisse d’une serpillière mouillée ou de son acuité visuelle. La crédibilité et le style (sans faire le prof) ont poussé les gens à revenir et ont créé la notoriété du nom (le sien, celui du Canada, celui de l’ISS, celui de l’aéronautique). Notez aussi la longueur des vidéos : jamais plus de cinq minutes. Suffisamment pour apprendre quelque chose de plus et suffisamment aussi pour qu’on en redemande.

 

3. Chris Hadfield incarne ce qu’il a à dire

La remarque faite ci-dessus sur le style du prof  n’est pas anodine. La voix off de nombreuses vidéos en ligne d’entreprises crée une distance entre l’entreprise et le groupe cible. Chris Hadfield est médiagénique par nature, mais il n’abuse pas de ce don. Il fournit des informations et personnalise des organisations abstraites comme la NASA ou le CSA. Cela rend les informations passionnantes, elles sont le point de vue de quelqu’un qui plane au-dessus de nos têtes et qui vit dans sa chair ce qu’il raconte. Il fait pour ainsi dire entrer son expérience dans nos livings et il nourrit l’imagination de ses fidèles fans. Chris Hadfield a, en cinq mois à peine, réalisé les objectifs du content marketing que de nombreuses entreprises s’efforcent d’atteindre depuis des années. Espérons que d’autres nations spatiales ne tombent pas dans le « we may copy if we try » et que Chris Hadfield aura une nouvelle fois l’occasion d’aller batifoler là-haut durant six mois.

Tom Peeters

Article par Tom Peeters

Tom Peeters is eigenaar van het digitaal content marketing agentschap Mediaforta. Hij heeft een expertise van meer dan 20 jaar in de mediawereld, en meer dan 7 jaar in de reclame sector. Beide expertises combineert hij vandaag binnen Mediaforta, waar merken terecht kunnen wanneer ze op zoek zijn naar een sterke content partner.

Voir le profil de l'auteur.

Recently Published

B2B-content social media
»

Votre contenu B2B a-t-il sa place sur les réseaux sociaux ?

Publier du contenu B2B sur LinkedIn est monnaie courante, mais il ...

Account based contentmarketing
»

Se lancer dans le marketing de contenu basé sur les comptes

Axer votre contenu sur un client spécifique. Est-ce possible ? ...

»

Check-list pour la création d’un contenu B2B bien structuré

Pour obtenir un contenu B2B attrayant, il doit être porteur de ...

»

Comment rédiger une bonne étude de cas ?

En matière de marketing de contenu, une étude de cas est un ...

»

Les erreurs stratégiques à éviter en matière de marketing de contenu B2B

Prétendre que le marketing de contenu B2B diffère radicalement du ...

»

Votre équipe de contenu peut-elle se passer de copywriter ?

Des textes percutants et attractifs capables de susciter ...

DCMC mediaforta
»

Le Digital Content Marketing Congress 2019 démarre bientôt

Tout comme l’année dernière, Mediaforta organise son Digital ...

contentmarketingplan
»

Créer un plan de marketing de contenu rationnel

Comment faire, en tant qu’entreprise, pour organiser de bonnes ...

intranet 1
»

Marketing de contenu et intranet, mode d’emploi

Pour de nombreuses entreprises, l’intranet est la pierre angulaire ...